> Le petit glossaire sévère...


A

  • Arrose

 « L’amour arrose nuit et jour et nous réjouit »


 

B

 

  • Bobine

 « Défilé de bobines de filles »


 

C

 

  • Chaussure

"My foot" (en anglais) ne veut pas dire "mon pied", mais se traduit par l'équivalent de notre juron local (français) qui désigne la partie charnue sur laquelle on peut s'asseoir. Autrement dit : si ceci (l’objet dard) n'est pas une pipe, cela (It’s not a shoe) n'est pas une chaussure. Ou encore, en guise d'avertissement, ce vieux proverbe : "Il n'est pas facile de trouver chaussure à son pied!" auquel il convient d'ajouter "qu'il parait effectivement difficile de se l'enfiler"

 

  • Concert

" Ainsi (comme elle) lâche Ut, Do , les gars des clés ragent. Ils ne jouent plus de conserve! "


D

E

F

 

  • Feuille de vigne

"La feuille de vit ou de vie c'est divin!"


G

  • Glosaire
"Le p'tit gros sert ses verres..."

H

I

J

K

L

 

  • Lèvres

« La dent tu l’as dans les lèvres ? »

 

  • Lunettes

« une paire à coudes à épiler »


N

 

M

  • Morgue
Pièce de barbarie
  • Moule
" En grand amateur de moules maris niais, il en écrasa neuf d'un coup, sur le champ, entre deux plaques de verre pour commettre la noce d’essais libateurs."


N

O

 

  • Objet

(voir aussi dard..)

Un "objet dard" est au masculin ce qu'un "Coin de chasteté" est au féminin, mais les deux n'en sont pas moins des images pénétrantes."


  • Objet (achevé)

"  Tu l'as acheté au BHV?"


  • Orge n.f.

Définitions : du latin hordeum « céréale à épi barbu cultivée pour son fourrage précoce et son grain » (Dictionnaire Historique de la langue Française – Alain Rey – Robert – 1992). « On appelle orge mondé, une potion qu'on fait avec de l'orge dont on a fait tomber la peau. Les Dames prennent de l'orge mondé pour se conserver le teint frais & s'engraisser. » (Furetière - 1690).


L'orge, gros, grand et gras, est connu du grand public depuis l'invention, en 1638, du sucre d'orge, par des bénédictines de Morret-sur-Loing. Cette petite ville proche de Fontainebleau fut en effet l'un des ports d'attache de l'école de peinture dite « de Barbizon », bien connue pour la longueur de la barbe de ses artistes, elle même d'ailleurs inspirée de celle de l'épi dru précoce sus-cité (on disait d'eux, d'ailleurs, « quelle barbe y'z'ont ! » tant leur peinture était ennuyeuse, et on terminait en souriant "heureusement qu'ils ont l'épi dru !"). Il est à noter que le nom de cette bourgade vient des invasion maures (Maure a donné Morret) à la fin de l'Empire Romain. C'est sans doute par allusion à l'anatomie de ces peuples d'origine africaine que le terme « long » (dérivé et développé ensuite en Loing, par ajout du i phalloïde, classique dans ces abus de lents gages), issu sans doute d'une mémoire de tradition orale à vecteur féminin, a été peu à peu accollé à Morret pour former le nom actuel de l'agglomération. Le proverbe « plus c'est long, plus c'est bon » est sans conteste originaire de Morret, et il est d'usage d'admettre qu'il serait également à l'origine de la fabrication du fameux divin sucre bénédictin (qui a donné plus tard le non moins divin « gode sugar » de nos amis les engueulés). Il est à préciser, par incise, que c'est sans doute par un dérivatif (d'ailleurs dépréciatif) de l'usage des termes « épi dru » (parlant d'orge) que s'est construite la locution « et prie dieu » (par l'ange d'or).


Racontant la vie intime d'Annie, l'une des bénédictines, c'est enfin Serge Gainsbourg qui popularisa et vulgarisa définitivement l'orge et le suc de son sucre, avec sa chanson « Les sucettes » (Eurovision 1966). Extrait : « Lorsque le sucre d'orge / Parfumé a l'anis / Coule dans la gorge d'Annie / Elle est au paradis ».


Orge, orgie, orgasme, mais aussi orgueil, ont la même étymologie. C'est pour respecter ces racines que l'orge entre dans la composition de breuvages dionysiaques comme la bière ou le whisky.

Voir également "Singe Orge" dans nos articles précédents.


P

 

  • Paire

« Neuf mous laids ne font pas la paire. »

  • Pied

(voir aussi Parties du corps : coude, joue, dard, ….)

"Un coup de pied dans les coudes, ça fait toujours mâle quelque part!".*

*(Variante : "Neuf coups épiés, du coin de l’oeil".)


Q

R

 

  • Rendez-vous

« Je me suis trempé de rendez-vous dans les temps donnés. »

 

  • Rumeur

« La rumeur est partout envie.»


S

T

U

V

W

X

Y

Z


(A remplir sans modération)




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog